Pont de Vaux
(Accueil)

 AUJAS Fernand Pierre
 BIGUET Benoit
 BOQUIN Jacques
 BOUILLARD Victor
 BOUILLON Claudius
 BOURDON Jules
 BOURGEON Léon Frédéric
 BOYER Auguste
 BRE Philippe
 BREZIAT Denis
 BRUN Félix
 BRUNET Albert
 BRUNET Claude
 BUFFY J C Claudius
 BUSSOD Auguste
 CARDON Elie
 CHATELET Francisque
 CLAVEAU Octave
 CLERC Francisque
 COCHET Charles Louis
 COMBAZ Jules
 CRUCHON Edouard Michel
 CURTENELLE Alfred Henri
 DARRAUD Marius Lucien
 DOTHAL Joseph
 DOTHAL Léon
 DOTHAL Pierre Marie
 DUBOIS Jean Marie
 DUPUPET Eugène
 EYMARD Maurice
 FAUSSURIER Joseph
 FAUSSURIER Simon
 FAVIER Joseph
 FAVIER Prosper
 FAVRE Alfred
 FEBVRE Maurice Arsène
 FERRACHAT Jacques
 FEUILLET Jean Baptiste
 GAVAND Etienne
 GAVAND Joseph
 GOURRAT Louis
 GRAND Francisque
 GRANGER Claudius
 GREZAUD Léon
 GRONDIER Benoit
 GUYENNON André
 HUGON Auguste
 LACOUR J B C Isidore
 LONGEOT Henri
 MARSOLLAT Ch François
 MAZUY Alphonse
 MAZUY Claude
 MOREL Claude
 MOREL François
 NICOUX Auguste
 OGIER Antoine
 PARNET Auguste
 PARNET Jules
 PENET François
 PERRET Lucien
 PERRET Marcel
 PEZIEU Clair
 PICARD Joseph
 PICHAUD Jean Alexandre
 PROMONET Henri Claude
 PROMONET Joseph
 PROMONET Nicolas
 PUGET Pierre
 RASTOUT Pierre
 RENOUD-LYAT Albert
 RIBOULET Armand
 RIBOULET Ernest
 ROBELIN Maxime
 ROLLET Théophile
 ROZIER Claude
 SALLE Claude
 SARRIEN Jules
 SELMAN Léon
 SENGER Henri
 SOEUR Claudius Hilaire
 SOFFRAY André
 SORDET Eugène
 TÊTU Henri Joseph
 TREMEAU René
 TRICAUD Pierre
 

 

PROMONET Henri Claude


Ses origines

Claude Henri PROMONET est né le 17/02/1895 à Pont de Vaux rue Franche.
Son père Claude Marie avait 40 ans et était journalier.
Sa mère Jeanne Marie née MOREL avait 34 ans et était journalière.
 

Signalement

Le service des armées ne prenait pas de photos des militaires au moment du service militaire mais notait une description de chaque homme.
Claude Henri PROMONET mesurait 1.67 m; il avait les cheveux noir et les yeux jaune verdâtre.
Au niveau instruction générale il est classé 2 : sait lire et écrire.
 

Sa vie avant la guerre
 


Recensement Pont de Vaux 1901 - Rue Franche -


Recensement Pont de Vaux 1906 - Rue Franche -


Recensement Pont de Vaux 1911 - Rue Franche -

 - Marie Louise Antoinette née le 28/02/1889 à Gorrevod; marié le 10/02/1910 à Pont de Vaux avec Pierre BERGERON.
 - Jeanne Marie Céline née le 10/11/1890 à Pont de Vaux; mariée le 10/10/1913 à Pont de Vaux avec Claude Fleury BERGERON.
 - Marie Thérèse née à Pont de Vaux le 30/03/1893; mariée à Pont de Vaux le 13/05/1914 avec Félix Eugène PERRON.
 - François né le 20/01/1897 à Pont de vaux rue Franche; marié le 24/01/1925 à Reyssouze avec Catherine BERTHILLIER; remarié le 26/11/1938 à Chalon sur Saône avec Marie MATHURIAU; décédé  le 27/09/1984 à Chalon sur Saône.
 - Marie Pauline née le 23/07/1899 à Pont de Vaux rue Franche; mariée le 31/01/1921 à Reyssouze avec Claude Joseph CARRAUD; décédée le 14/01/1984 à Chalon sur Saône.
 - Marie Léonie née à Pont de Vaux le 19/07/1903; mariée à Pont de Vaux le 11/07/1924 avec Emile Ernest CORRAND.
 - Louise Alphonsine née le 29/10/1905 à Pont de Vaux rue Franche; mariée le 27/04/1929 à Chalon sur Saône avec Georges Claude Albert DEJEAN.


Au moment du conseil de révision Claude Henri PROMONET exerçait le métier de tailleur de pierre.
Il est engagé volontaire pour 4 ans le 13/03/1913 à la mairie de Bourg au titre du 2e régiment de Dragons.
 

La guerre

Claude Henri PROMONET décède le 17/04/1918 à l'ambulance anglaise 36 à Camalsy (station Rousbrugge).
Il a été cité à l'ordre du 2e régiment de Dragons le 8/05/1918 : "Cavalier énergique et brave; ancien patrouilleur du corps franc; toujours volontaire pour les missions périlleuses; blessé mortellement le 17/04/1918."
Il a reçu la médaille militaire à titre posthume le 7/11/1920.

Historique du 2e régiment de Dragons

dont extraits : 1 er au 12 avril. —Maintenu en réserve d’armée dans la région de Crèvecœur, puis dans celle d’Aumale, le C.C. est appelé en Flandres, où l’armée britannique est très violemment attaquée. En moins de quarante-huit heures, du 12 avril (13 h.) au 14 avril (12 h.) le régiment parcourt 166 kilomètres.
14 avril. — Après quelques heures de repos à Zudausques, il se reporte en avant à 22 heures en tête de la division, marche toute la nuit, arrive à Steenvoorde le 15 à 6 heures et est immédiatement lancé dans la bataille, en direction de Bailleul, avec la mission : l) d’assurer les avant-postes de la division entre Berthen et Saint-Jans-Cappel, au contact de la première ligne britannique, en liaison avec la 2e D. C. à droite, avec la 28e D. I. à gauche ; 2) de couvrir l’entrée en action de l’artillerie de la 28e D. I.
15 avril. — Dans la soirée, des éléments légers étant laissés sur le terrain, le gros du régiment bivouaque au sud-ouest de Boescheppe. Les chevaux sont renvoyés à Watou-France.
16 avril. — Les éléments à pied du régiment reprennent le service qu'ils ont assuré la veille. Relevés à 16 heures par le 17° dragons, ils vont occuper les pentes sud-est du Mont-Noir, entre la route du Mont-Noir à la Croix-de-Poperinghe et le ruisseau-frontière. Les 1 r et 2e escadrons en première ligne. Les 3è et 4e escadrons en réserve dans le bois à l’ouest des Carrières.
17 avril. — De 8 h. 30 à 19 heures, très violent bombardement de la région des Carrières et des bois à l’ouest. A 17 heures, les 3° et 4° escadrons s’établissent en 2è ligne, derrière les 1er et 2° escadrons.