Pont de Vaux
(Accueil)

 AUJAS Fernand Pierre
 BIGUET Benoit
 BOQUIN Jacques
 BOUILLARD Victor
 BOUILLON Claudius
 BOURDON Jules
 BOURGEON Léon Frédéric
 BOYER Auguste
 BRE Philippe
 BREZIAT Denis
 BRUN Félix
 BRUNET Albert
 BRUNET Claude
 BUFFY J C Claudius
 BUSSOD Auguste
 CARDON Elie
 CHATELET Francisque
 CLAVEAU Octave
 CLERC Francisque
 COCHET Charles Louis
 COMBAZ Jules
 CRUCHON Edouard Michel
 CURTENELLE Alfred Henri
 DARRAUD Marius Lucien
 DOTHAL Joseph
 DOTHAL Léon
 DOTHAL Pierre Marie
 DUBOIS Jean Marie
 DUPUPET Eugène
 EYMARD Maurice
 FAUSSURIER Joseph
 FAUSSURIER Simon
 FAVIER Joseph
 FAVIER Prosper
 FAVRE Alfred
 FEBVRE Maurice Arsène
 FERRACHAT Jacques
 FEUILLET Jean Baptiste
 GAVAND Etienne
 GAVAND Joseph
 GOURRAT Louis
 GRAND Francisque
 GRANGER Claudius
 GREZAUD Léon
 GRONDIER Benoit
 GUYENNON André
 HUGON Auguste
 LACOUR J B C Isidore
 LONGEOT Henri
 MARSOLLAT Ch François
 MAZUY Alphonse
 MAZUY Claude
 MOREL Claude
 MOREL François
 NICOUX Auguste
 OGIER Antoine
 PARNET Auguste
 PARNET Jules
 PENET François
 PERRET Lucien
 PERRET Marcel
 PEZIEU Clair
 PICARD Joseph
 PICHAUD Jean Alexandre
 PROMONET Henri Claude
 PROMONET Joseph
 PROMONET Nicolas
 PUGET Pierre
 RASTOUT Pierre
 RENOUD-LYAT Albert
 RIBOULET Armand
 RIBOULET Ernest
 ROBELIN Maxime
 ROLLET Théophile
 ROZIER Claude
 SALLE Claude
 SARRIEN Jules
 SELMAN Léon
 SENGER Henri
 SOEUR Claudius Hilaire
 SOFFRAY André
 SORDET Eugène
 TÊTU Henri Joseph
 TREMEAU René
 TRICAUD Pierre
 

 

RIBOULET Ernest


Ses origines


Ernest RIBOULET est né le 12/01/1890 à Saint Trivier de Courtes.
Son père Jean Marie avait 28 ans et était cafetier.
Sa mère Marie née GRIVEAUX avait 25 ans.
Armand et Ernest RIBOULET étaient frères.
 

Signalement

Le service des armées ne prenait pas de photos des militaires au moment du service militaire mais notait une description de chaque homme.
Ernest RIBOULET mesurait 1.61 m; il avait les cheveux et les yeux châtain foncé.
Au niveau instruction générale il est classé 3 : sait lire écrire et compter.
 

Sa vie avant la guerre
 


Recensement Pont de Vaux 1896 - Place Pannetier -


Recensement Pont de Vaux 1901 - Quai de la Reyssouze -

 - Marie Germaine née le 18/01/1896 à Pont de Vaux; décédée à l'hôpital de Pont de Vaux le 8/02/1917.


Sa mère décède le 22/09/1904.

Au moment du conseil de révision Ernest RIBOULET était pâtissier cuisinier à Londres 120 Vaux Hall Bridge Road.
Il est incorporé au 28e régiment d'infanterie à compter du 1/10/1911.
Il est nommé caporal le 26/09/1912.
Il est libéré le 8/11/1913.


Liste électorale Pont de Vaux 1914.

Jean Marie RIBOULET perdra donc ses 3 enfants en 2 ans.
 - Ernest :       30/07/1916
 - Germaine : 08/02/1917
 - Armand :    18/10/1918
 

La guerre

Ernest RIBOULET est mobilisé le 2/08/1914 au 23e RI (3e compagnie).
Il est nommé sergent le 26/06/1915.
Il est blessé le 28/07/1916 à l'est de Curlu (Somme)
Il décède de blessures de guerre le 30/07/1916 à l'hôpital d'évacuation n° 15 à Cerisy Gailly.
Il est cité à l'ordre de la 41e division le 12/08/1916 : "Energique et plein d'entrain; a rempli admirablement son devoir de gradé en toutes circonstances depuis le début de la campagne; blessé grièvement a été une fois de plus d'un bel exemple pour ses hommes en supportant stoïquement ses souffrances et en se plaignant seulement en termes énergiques d'être désormais impuissant contre l'ennemi détesté."
Croix de guerre avec étoile.
Il est inhumé au cimetière de Cerisy Gailly (Somme).
 

Historique du 23e RI

A partir du 10 juin, il alla parfaire son instruction au camp de Saffais, d'où il fut embarqué le 24 juin à destination de la Somme ; le 21 juillet il était jeté dans la bataille.

Le soir du 25, le Régiment reçoit l'ordre de changer de secteur d'attaque. Il va occuper 1a position tenue plus au nord par les 12e et 52e bataillons de chasseurs.
Période du 26 juillet au 2 août.

Cette position qui faisait face aux défenses allemandes du bois de Hem est occupée par les 1er et 2e bataillons en première ligne, le 3e bataillon est maintenu en réserve de brigade.
La même tâche d'organisation et de préparation de l'attaque est reprise sous des bombardements de plus en plus violents (12 tués, 31 Blessés, du 26 au 30 juillet). L'esprit offensif des 1°'' et 2e bataillons est le même que celui du 3e ; chaque nuit, des reconnaissances d'officiers sont poussées en avant de nos lignes : elles constatent la puissance des organisations adverses et ramènent quelques prisonniers.
Cependant la préparation de l'attaque se poursuit difficilement, en raison de la puissance de feu de l'artillerie ennemie et de l'impossibilité ou l'on se trouve de distinguer nettement et par suite, de battre efficacement les objectifs.
Aussi, l'attaque primitivement prévue pour 1e 26 juillet, doit-elle être remise jusqu'au 30.

JMO du 23e RI




Extrait des pertes du 23e RI.